Author

Brooke Dupuy

Date of Award

2007

Level of Access

Campus-Only Thesis

Language

French

Degree Name

Master of Arts (MA)

Department

French

Advisor

Jane S. Smith

Second Committee Member

Kathryn Slott

Third Committee Member

Raymond Pelletier

Abstract

Le but de la présente étude et de contribuer à l'étude du français franco-américain, et en particulier, de considérer l'influence de certaines variables sociales sur la diphtongaison des voyelles orales. Nous faisons un résumé de l'histoire de l'immigration des Canadiens français à la Nouvelle-Angleterre et à Waterville, et nous faisons aussi un résumé de la littérature sur le français franco-américain, ainsi que sur le phénomène de la diphtongaison en français québécois. Cette étude utilise des données provenant du projet « Etude sociolinguistique du français franco-américain », fondé par le professeur Jane Smith et subventionné par la National Science Foundation, bourses No BCS-004039 et BCS-0003942. Nous avons basé la présente recherche sur 20 interviews faites entre 2002 et 2004 à Waterville, par le professeur Jane Smith. Nous nous sommes servis du programme VARBRUL pour l'analyse de nos données. Les résultats de l'analyse montrent que globalement, le taux de diphtongaison des voyelles orales diminue à mesure que l'éducation augmente. Les femmes diphtonguent plus que les hommes, et les locuteurs les plus âgés diphtonguent plus que les jeunes locuteurs. Nous avons également trouvé que les locuteurs nés au Nouveau-Brunswick ont le taux de diphtongaison le plus bas, ceux qui sont nés dans le Maine ont un taux de diphtongaison légèrement plus élevé, et ceux qui sont nés au Québec ont le taux de diphtongaison le plus élevé.

Share